22 janvier 2013

Seule au monde

Je pense à toutes celles dont le mari est parti pour cette drôle de guerre.

Toutes celles qui, pour leur protection et celle de leur ami ou époux, sont contraintes au silence, et pour qui la seule manière d'épancher ses craintes et ses angoisses face à la criante absence de nouvelles, n'ont plus recours qu'aux lettres ou de prendre un pot avec leurs amies (et encore, quand on est dans la même ville qu'elles!).

Rien d'autre, même pas le téléphone.

A l'heure des réseaux sociaux, c'est dur, très dur. A l'heure où appeler ses amis ou sa famille à l'aide devrait être plus que facile, on se retrouve seule, isolée avec nos craintes. Et avec nos familles à porter.

 

Je crois que nous sommes des héroïnes.

Posté par Cumulomnibus à 10:00 - Considérations intellectuzzz... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire